mes guides - Bioénergéticienne Violette Wörler

Aller au contenu

Menu principal :

mes guides

thérapeutes > Violette Wörler

Ainsi, aujourd’hui je commence avec «Baba Vanga» (Baba = Grand – mère). Tous ceux qui me connaissent savent que je suis d’origine bulgare. Tous ceux qui me connaissent très bien savent que je n’ai pas eu une enfance ordinaire ni facile. Six mois après le suicide de ma mère sous mes yeux, mon père a pris la décision de se remarier. Ma belle – mère était alors une femme avec une forme assez singulière d’orgueil et de perception. Elle avait décidé de montrer au monde entier qu’on pouvait faire moi un enfant Prodigue. Au début cela me plaisait, lorsque je pouvais à 4 ans lire, écrire, compter, calculer et que je pouvais lire le cadran d’une montre classique. Plus tard à l’école je n’avais pas le droit de recevoir de mauvaises notes, j’étais obligée d’être 1ere dans tout et sur tout. Avec le temps elle avait tendance à oublier de plus en plus que je n’étais qu’une enfant et exigeait toujours plus de moi comme si j’étais une adulte.

Entre temps j’avais déjà eu des contacts avec l’esprit de ma mère et d’autres être qui avaient quitté leur enveloppe physique, je pouvais communiquer avec les plantes et les animaux, j’avais des contacts télépathiques avec d’autres dimensions mais je ne connaissais pas encore la véritable force de la télépathie entre deux êtres humains vivants dans le présent. Quelques mois avant mes quatorze ans, ma belle – mère devait subir une opération du coeur à Sofia. En ces temps la, il était d’usage pour une personne devant subir une opération ou quelque autre traitement à risque de consulter «Baba Vanga». Et ainsi elle s’est inscrite quelques mois avant l’opération car il y avait une liste d’attente de plusieurs mois. Elle est partie seule pour deux jours et ce même jour au moment ou mois j’étais à l’école, elle est entrée chez «Baba Vanga». A ce moment précis, j’ai ressenti comme une forte chaleur qui a emporté une partie de moi ailleurs. J’ai alors réalisé que je me trouvais dans une pièce où j’ai reconnu ma belle – mère, j’ai alors continué à regarder qui se trouvait aux alentours et j’ai alors vu une dame avec les yeux fermés, derrière elle se tenait une autre dame...

J’ai ainsi compris que la force de la pensée de «Baba Vanga» m’avait convoquée, j’avais le sentiment d’être à l’intérieur de la pensée de «Baba Vanga» et dans la pièce elle même simultanément. J’entendais à la fois les voix et les pensées de tous ceux présents. «Baba Vanga» lui demanda ce qu’elle venait faire ici et elle lui répondit qu’elle aurait une opération du coeur et elle voulait savoir si elle s’en remettrait. «Baba Vanga» lui répondit de ne pas s’inquiéter pour l’opération mais lui demanda ensuite ce qu’elle faisait de «cet» enfant. A ce moment-la, la 1ere pensée de ma belle – mère fût pour ma demi – soeur Ralitza mais <<Baba Vanga>> lui répondit de suite « non pas cet enfant la, je te parle de l’autre...» et sans la laisser répondre, elle lui dit qu’elle suivait une mauvaise voie et lui demanda de s’en aller. Lorsque ma belle – mère rentra de Petrich à Sofia, moi curieuse de ce que j’ai vécu, je lui posais de plus en plus de questions sur ce que «Baba Vanga» lui avait dit mais elle refusa de me répondre. Elle se contenta de raconter à tout son entourage que «Baba Vanga» ne lui avait rien dit de particulier, si ce n’est que l’opération se déroulerait bien. Le soir très déçue lorsque je me couchais sur le canapé dans la cuisine, déçue et triste, j’entendis une voix qui m’était familière mais sans reconnaître qui que ce soit. A peine lorsque la voix me dit «ta belle – mère était chez moi» je reconnu de suite qu’il s’agissait de «Baba Vanga». Je me suis assise, et j’ai cherché dans le noir à voir quelque chose comme je voyais les esprits habituellement. C’est alors qu’elle me répondit «ne cherche pas à voir, seule ma voix te parviendra, je veux que tu aie de la patience, tu t'es engagée sur un chemin très difficile mais cela est une part de ton destin, chaque fois que cela sera trop dur appelle – moi et je veillerais à toujours pouvoir être auprès de toi» ces mots m’ont rassurée et renforcée. Jusqu’à mon départ définitif de la Bulgarie, je me sentais toujours encouragée dans ma vie de tous les jours et dans mon travail de bioénergéticienne. Chaque fois que je ne pouvais pas trouver de suite une réponse à une ou autre question, je savais qu’il me suffisait de fortement penser à «Baba Vanga» et j’arrivais à obtenir la réponse avec son aide. C’est alors qu’un soir je l’ai ressentie différemment, au lieu de simplement l’entendre, j’ai pu aussi la voir. C’est ainsi que j’ai compris qu’elle avait quitté son enveloppe physique et depuis ce moment la elle est devenue l’une de mes guide spirituels au même titre que des êtres tels que Linda Goodman, Nicolas Tesla, Bruno Gröning...

 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu